Conseil, recherche, achat, location, interviews, expert, accompagnement : l’immobilier, ça vaut bien un billet ! Contact

Comment réaliser des économies d’énergie dans ses bureaux ?

Tous les ans, dans les bureaux français, ce sont environ 55 000 gWh d’électricité qui sont consommés, soit un peu moins que la consommation annuelle de la Suisse. Selon RTE (la filiale d’EDF en charge du Réseau de Transport d’Électricité), la production d’1 kWh d’électricité émet l’équivalent de 0,5 kg de CO2, ce qui représente près de 28 millions de tonnes de CO2 émises chaque année à cause de l’énergie émise dans les bureaux. En cause : le chauffage et l’électricité, mais surtout l’utilisation d’Internet. Doit-on s’arrêter de travailler pour autant ? Ou mettre ce constat à profit pour repenser notre mode de consommation professionnel ?

L’avantage de l’écologie, c’est qu’il est possible d’agir aussi bien au niveau individuel que collectif. Avant d’envisager des travaux de rénovation énergétique, on peut commencer par changer nos habitudes pour adopter un mode de consommation plus responsable dans ses locaux professionnels. Comment faire des économies d’énergie dans ses bureaux au quotidien ? La lumière sur le sujet.

 

Économies d’énergie au quotidien : les bons réflexes

 

Mettre en place une politique RSE éco-responsable est capitale pour encourager les employé(e)s à adopter les bons gestes en entreprise : la motivation du personnel est un facteur de réussite indéniable. Le principe ? Montrer que faire des économies énergies au quotidien est à la portée de tous. Des habitudes simples, des petits gestes journaliers permettent à l’entreprise de réaliser de sérieuses économies sur sa facture de dépenses d’énergie, à savoir :

 

  • Ne pas laisser son ordinateur, imprimante, fax, scanner en veille et/ou prévoir des logiciels d’économie d’énergie, comme lux ou KAR.
  • Utiliser des multiprises munies d’interrupteur pour brancher vos appareils. Les interrupteurs sont bien pratiques pour débrancher en une fois tous les appareils qui consomment de l’électricité une fois éteints ;
  • Attendez que le jour tombe avant d’utiliser votre lampe de bureau et remplacez l’ampoule par un modèle basse consommation (LED).
  • Privilégier les ordinateurs portant le label « Energy star ». Ils sont beaucoup moins énergivores que la moyenne ;
  • Baisser le chauffage / la climatisation diminue aussi la consommation d’électricité sachant que des salles surchauffées / climatisées sont néfastes pour la santé.
  • Pensez à vider la corbeille de votre ordinateur (et aussi celle de votre bureau au passage) et supprimer régulièrement vos mails indésirables, spams, etc. Bref, tous les courriers dont vous n’avez plus besoin.
  • Mettre en place un système de covoiturage pour aller/ rentrer du travail. Cela permet d’économiser de l’essence, de réduire les émissions de CO2 et de se relayer pour conduire.

 

Cette liste est évidemment non exhaustive. Des dizaines de gestes simples mais efficaces existent pour faire des économies en travaillant. L’ADEME les a regroupé dans un guide de l’éco-citoyen au bureau, à lire et appliquer sans modération.

 

Économies d’énergie : les bons travaux

 

Quand les bonnes habitudes ne suffisent plus, on peut passer à l’étape suivante : les travaux de rénovation énergétique. Il s’agit concrètement de mettre en place des travaux visant à améliorer l’isolation des bâtiments, l’optimisation de la consommation d’énergie. D’ailleurs, ce type de travaux est en phase de devenir une norme : à l’horizon 2020, toutes les entreprises (PME, TPE ou grands groupes) devront avoir remis leurs locaux aux normes décidées lors du Grenelle de l’environnement.

Bureaux, locaux commerciaux ou usines, tout le monde est concerné. Des milliers de chantiers de rénovation vont donc être lancés au cours des 3 années à venir. C’est l’occasion de prendre les devants. Si vous vous inquiétez au sujet de la facture pour ces travaux, sachez d’une part que ces travaux font l’objet de nombreuses subventions de la part de l’état (Certificats Économies Énergies, éco-prêt à taux zéro, Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique, primes énergies, etc) et d’autre part, le montant investi dans ces projets est rapidement amorti par les économies réalisées par la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *